Retour à la page d'accueil
Astérix : Le site interactif
Le site interactif
Page précédente

Articles / Histoire

La conquête de nos régions par les romains ("nos régions" = Belgique)

Source : Histoire de Belgique, A. Gerard, F. Lermigniaux, C. Masson - Ed. A. Vanderlinden, 1966

Au temps des anciens Belges vivaient en Italie les Romains, peuple de conquérants beaucoup plus civilisés que nos ancêtres et ayant fondé un immense empire autour de la Méditerranée. Pour le protéger, certains généraux romains entreprirent la conquête des payx voisins.

1. Défaite des Nerviens et des Aduatiques

Guerrier gauloisSans leurs luttes et leurs jalousies, les Gaulois auraient pu constituer un Etat puissant. Un général romain, Jules César, profite de leurs discordes continuelles pour envahir la Gaule. Il y pénètre en l'an 59 avant J.-C., avec 10 légions, environ 50 000 hommes. Battant certaines peuplades, s'alliant avec d'autres, il ne met que deux ans pour arriver chez les Belges.

Ses soldats, armés de lances et d'épées solides, protégés de casques, de boucliers et de cuirasses, sont très disciplinés et bien entraînés à la guerre. Ils combattent en rangs et manoeuvrent habilement sous les ordres de nombreux officiers.

Cependant, malgré ses qualités et sa bravoure, l'armée romaine faillit être vaincue par les Nerviens.

Jules César était arrivé avec ses légions au bord d'un cours d'eau qu'on croit être la Selle ou la Sambre. Les Nerviens, rassemblés par leur chef, l'intrépide Boduognat, se dissimulent sur les collines boisées de l'autre bord. Soudain, ils descendent vers la rivière, la traversent à la nage et, en poussant leur cris de guerre, assaillent l'ennemi avec une telle vigueur qu'ils le mettent à deux doigts de sa perte. Surpris, les Romains reculent en se faisant un rempart de leurs boucliers.

Soldat romainMais Jules César, en bon, général, avait gardé deux légions en réserve. A leur tête, il s'élance dans la bataille. Aussitôt, les Romains se ressaisissent, se protent en avant et, après une lutte acharnée, anéantissent les Belges et leur chef.

A la nouvelle de cette défaite, les Aduatiques, qui venaient au secours des Nerviens, regagnent leur oppidum, près de Namur. Une nuit, ils assiègent le camp romain, mais ils échouent dans leur tentative. Jules César capture presque toute la tribu et vend comme esclaves les malheureux prisonniers.

Le général romain obtient alors la soumission des Eburons et des Trévires. Quant aux Morins et aux Ménapiens, à l'abri de leurs bois et de leurs marais, ils échappent momentanément à la conquête de Jules César.

2. Révolte des Eburons, des Trevires et des Nerviens

Comme nos ancêtres aiment la liberté par-dessus tout, ils vont tenter de secouer le joug des Romains.

Jules César voulait aussi conquérir la Grande-Bretagne. Il laisse deux légions pour surveiller les Belges. Les Eburons, conduits par leur roi Ambiorix et les Trévires, commandés par leur chef Induciomare, attirent l'une d'elles dans une embuscade et la massacrent. Ils assiègent l'autre dans son camp qui occupait, croit-on, à peu près l'emplacement actuel de la ville de Binche. Le général romain, revenu en toute hâte, va punir sévèrement nos ancêtres. Il extermine les Nerviens révoltés, soumet les Ménapiens, décime les Eburons et met leur territoire à feu et à sang : nos ancêtres doivent se soumettre.

Le pays est dépeuplé. Jules César permet à une tribu germanique, les Tongres, de s'établir sur notre territoire à condition de coopérer à la défense du Rhin contre les autres Germains.

Lorsque Jules César écrira le récit de ses campagnes, il reconnaîtra que : "De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.".

Discology

Celebrate Simple Minds


©2000-2021 - Astérix : le site interactif 
avec l'aimable autorisation des Editions Albert-René